Le Centre de Formation
met Lombre au zénith

Partager l'article
Publié le 11/12/2020 à 11h45
Modifié le 11/12/2020 à 11h45

À l’image du Club, le Centre de Formation a dû prendre son mal en patience et se réinventer ces derniers mois. Pour maintenir tant bien que mal l’activité des Pitchouns, et leur changer les idées. 

Il faut dire que les joueurs du Centre de Formation sont passés par toutes les émotions. Le premier confinement en mars dernier ne devait être que provisoire. Ils ont finalement reposé le pied sur l’île du Ramier quatre mois plus tard. "La période était très compliquée, avoue Rémy Loret, directeur du Centre de Formation. On a fait un gros travail de lien avec les familles pour les rassurer, mais à l’origine, on partait pour 15 jours et on s’est retrouvé en juillet, donc c’était très long.” 

À l’automne dernier, l’incertitude du premier confinement est revenue comme un mauvais rêve, accompagnée d’une décision dont tout le monde parlait mais que personne n'aurait voulu entendre : la deuxième vague.  

"On a débuté le championnat, on revivait “normalement” pratiquement, avec des masques, etc. Puis il y a eu une flambée des cas positifs à la COVID-19 au Centre. Donc on a pris la décision de le fermer pendant les vacances de la Toussaint et le désinfecter.

Avant le reconfinement imposé par le gouvernement. “On leur a expliqué ce qui allait se passer, donc ils ont intégré tout ça. La période était vraiment anxiogène mais ils ont compris.” 

 
"Des similitudes entre les artistes et les joueurs"

Le maintien de l’activité par le ministère des Sports et la FFF pour les Centres de Formations a permis de garder les Pitchouns au Centre et de maintenir les entraînements avec les gestes barrières. Et un semblant de vie sociale sur l’île du Ramier.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Ils étaient confinés au Centre, un week-end sur deux, explique Rémy Loret. Les samedis, c’était plutôt une opposition, un match ou un tournoi pour maintenir la compétition, et les dimanches, on mettait en place une activité culturelle et ludique, du théâtre, un tournoi de jeu vidéo, ou un concert.“ 

Dernièrement, c’est le rappeur toulousain Lombre qui est venu offrir un concert privé au Centre de Formation. Histoire de changer encore un peu les idées à nos jeunes, et d’échanger.

On a mis ça en place pour les occuper et faire des choses en lien avec leurs centres d’intérêts, leurs passions. L’idée du Président, c’était de faire venir un artiste. Comme on avait déjà fait venir le label Bleu Citron dans le cadre du concert de Bigflo et Oli, on les a recontacté pour faire venir un artiste.

Les similitudes entre le parcours d’un joueur en formation et les artistes ont inspiré les Pitchouns, qui ont profité de l’instant pour échanger avec Lombre. “Quand ils ont discuté entre eux après le concert, ils ont compris qu’il y avait aussi un gros travail, de la passion, de la détermination, des valeurs communes chez les artistes." 

"Quand vous ne lâchez rien, à un moment donné, ça paye, leur a expliqué l'artiste. Parce que si vous êtes là, c'est que vous avez les capacités, sinon vous ne seriez pas là. Si vous vous donnez à 120%, ça va payer. Et si ça ne paye pas, vous aurez tout donné et tout essayé."

Un discours qui a fait écho aux enseignements des éducateurs et de Rémy Loret : "Lombre nous expliquait : “Le matin, quand je me lève, j’ai envie d’écrire. Je ne pense qu’à ça.” Comme un joueur le fait avec le foot. C’était assez inspirant.” 

Découvrez l'univers de l'artiste Lombre sur sa chaîne Youtube en cliquant ici. Encore un grand merci à lui pour ce moment de partage!

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez modifier les réglages de votre navigateur à tout moment. En savoir plus