Julien Lacour : "Que l'on
soit parmi les meilleurs"

Partager l'article
Publié le 11/04/2021 à 09h00
Modifié le 11/04/2021 à 09h00

Ancien manager de l'Academy de l'ASM Clermont Auvergne, Julien Lacour a rejoint le TFC en tant que Directeur des opérations du Centre de Formation. Il emmène avec lui un goût prononcé pour la formation lié à une quête constante de l'excellence.

Comment s'est organisée votre arrivée au Toulouse FC ?

J'ai rapidement été en contact avec le président Damien Comolli qui m'a exposé la volonté du Club de continuer à rechercher l'excellence au niveau du Centre de Formation. Donc ma réflexion a été simple : est-ce que je souhaitais m'associer à ce projet ? Évidemment ! 

Quel est votre lien avec la formation ?

C'est le domaine dans lequel je me sens le plus efficace. J'ai toujours été sensible sur la manière dont il était possible d'accompagner nos jeunes pour les engager sur un projet, en l'occurrence, sur le projet TFC. J'aime l'idée qu'un centre de formation puisse être un laboratoire de recherche, une force de proposition qui accompagne nos joueurs sur un projet à plus grande échelle, tant sur le plan sportif que social, citoyen, solidaire et scolaire.

Que saviez-vous du Centre de Formation du TFC avant d'arriver ?

Quand j'ai évoqué mon intérêt pour le poste à mon entourage, on m'a tout de suite dit que c'était un club qui formait bien et qui prenait soin de ses joueurs. Mes premiers jours me le confirment, je vois des gens investis, professionnels et passionnés.
Ce qui est génial ici, c'est que la direction souhaite aller vite, et veut se projeter avec les meilleurs. Je n'ai jamais connu une vision aussi pointue dans mes expériences précédentes, c'est évidemment motivant de voir que le Club se développe, et le fait de manière rapide et structurée pour que l'on soit parmi les meilleurs. 

"Le parcours en Coupe de France est un indicateur de top niveau"

C'est donc l'objectif que vous vous êtes fixé ?

Absolument ! Ça va nous obliger à nous réinventer, à avancer, à améliorer l'ensemble de nos processus, à prendre davantage encore soin de nos athlètes. Au-delà du classement des centres de formations, nous voulons être un modèle de formation à part entière. Nous devons venir, chaque jour, avec l'envie d'être meilleurs, dans tous les domaines. Expertiser, prendre des risques. C'est aussi ça qui m'anime et me motive.

J'imagine que vous avez regardé le match de Coupe de France contre Saumur avec attention, et satisfaction ?

Quand on voit le nombre de joueurs issus du Centre évoluer à un tel niveau, on ne peut qu'être satisfait. Le parcours en Coupe de France est un indicateur de top niveau, on y voit des garçons qui présentent déjà de très belles qualités. Je suis très heureux pour l'ensemble de notre système, ça donne du crédit au projet, de l'énergie aussi. Ça permet d'asseoir les orientations que nous souhaitons prendre. Tout est réuni pour que ça marche bien.

Le contexte du Covid-19 est forcément particulier. Comment l'appréhendez-vous ?

J'arrive en fin de saison, de nombreux dispositifs ont été mis en place au préalable. On ne peut pas minimiser l'impact sur nos jeunes athlètes, mais je n'aime pas l'idée de dire que c'est une "génération sacrifiée". C'est du temps perdu, mais on se doit de réfléchir pour le rattraper et l'optimiser. Par chance, les centres de formation de clubs professionnels ont des mesures dérogatoires. On peut exercer nos métiers, les garçons peuvent s'entraîner. Mon premier challenge sera de terminer au mieux l'exercice en cours, et tout mettre en œuvre pour appliquer nos nouveaux projets, quel que soit le contexte.

Merci Julien, et bienvenue au Toulouse FC !